Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 14:06

LE MONDE | 06.02.10 |

L
a restauration dans les règles de l'art d'un monument historique à usage d'habitation est une aventure délicate. Apporter un confort dernier cri à un édifice classé peut porter atteinte à son intégrité patrimoniale. Gommer les strates de l'Histoire pour revenir à un état initial supposé de l'édifice, c'est aller contre la charte de Venise (1964), qui préconise de conserver les traces de son évolution. Ces problématiques, l'affaire de l'hôtel Lambert vient de les éclairer brutalement.

Les travaux envisagés sur ce joyau du XVIIe siècle, bâti à la proue de l'île Saint-Louis à Paris par Louis Le Vau - qui a agrandi Versailles - pour Jean-Baptiste Lambert, secrétaire de Louis XIII, ont été très contestés. Après douze mois de polémique et un jugement au tribunal administratif qui annula l'autorisation ministérielle, l'affaire s'est soldée par un compromis. Un cas exemplaire qui pose les limites d'une intervention sur un édifice classé monument historique.

Revenons sur les faits. Le protocole d'accord, signé le 22 janvier, entre le ministère de la Culture, la Mairie de Paris, le propriétaire de l'hôtel Lambert, représenté par Cheikh Hamad Al-Thani, neveu de l'émir du Qatar, et l'association Paris Historique, met fin au contentieux. Le projet initial de réhabilitation qui prônait un retour à l'état supposé du XVIIe avec une modernisation très pointue du confort intérieur, jugé trop brutal, a été sérieusement amendé.

Préciser le détail du compromis est révélateur. Le propriétaire a renoncé au parking souterrain et à l'ascenseur à voitures sous la cour d'honneur. Les conduites techniques passeront sous les planchers, sans affecter les décors - certains signés Le Brun et Le Sueur. Le cabinet XVIIe au plafond historié garde sa cheminée. Il ne sera pas transformé en salle de bains... mais il accueillera un ascenseur pour desservir le sous-sol.

La galerie néogothique de Jean-Baptiste Lassus, aménagée au XIXe par le prince Czartoryski, où se réunissait le Paris romantique avec Chopin et Delacroix, sera finalement préservée. Le parapet du jardin suspendu, qui souligne la courbe du fleuve, ne sera pas rehaussé ; enfin, moins de 10 % des pierres de la façade et non 40 % comme il était craint, seront changées.

Tout avait commencé sous les meilleurs auspices. En juillet 2007, le baron Guy de Rothschild, qui l'occupait depuis trente ans, vend l'hôtel Lambert au frère de l'émir du Qatar, que l'on dit grand amateur d'art français. Le propriétaire qatari est prêt à mettre le prix nécessaire à une restauration exemplaire - qui pourrait atteindre 40 millions d'euros.

A l'ampleur des travaux envisagés par l'architecte en chef des monuments historiques, la Commission du Vieux Paris - commission municipale centenaire - répond par un avis défavorable. Bertrand Delanoë, maire de Paris, alerté, émet des réserves. Christine Albanel, alors ministre de la Culture, accepte le projet, avec des modifications. Celles-ci sont jugées insuffisantes par l'association Paris Historique, qui obtient gain de cause devant la justice... et ainsi de suite jusqu'au compromis.

Les experts du patrimoine sont montés au front, relayés par les sommités des arts et des lettres et la vox populi, jusqu'à faire mouche. La mobilisation populaire, de tout bord, s'est illustrée par une pétition de 8 000 signatures : du simple citoyen à l'académicien, jusqu'à Michèle Morgan, qui y habita, comme le claironnaient les Bateaux-Mouches. Par sa position en balcon sur la Seine, ce fleuron du Grand Siècle est chéri des Parisiens. Il ne se dérobe pas entre cour et jardin comme le dicte l'usage, mais exhibe sa galerie en abside, au su et au vu de tous.

Si tous les feux étaient braqués sur l'hôtel Lambert, il n'en sera pas de même pour les monuments historiques dont l'Etat, en manque d'argent, cherche à se débarrasser - hôpitaux, tribunaux, prisons, ministères... comme l'hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris, bientôt libéré par l'armée et au sort incertain. Avec quelle éthique, selon quels principes, ces édifices seront-ils découpés, modernisés ? Au profit de tous, comme c'est le cas à Saint- Macaire (Gironde), dont les habitants se sont réappropriés leur cité médiévale ? Pour une poignée d'investisseurs friands de défiscalisation ? La décentralisation envisagée des monuments de l'Etat pourrait se terminer en vaste braderie.

Sur les cent édifices gérés par le Centre des monuments nationaux, vingt ont été choisis - dont les châteaux Bussy-Rabutin (Côte-d'Or), Carrouges (Orne), Cadillac (Gironde) - pour être aménagés, en partie, en hôtels et restaurants : il faut les rentabiliser. Quelle sera la doctrine en matière de sécurité, d'économies d'énergie, de respect des normes en vigueur ? "Transformer en bouteille Thermos une construction ancienne en l'isolant totalement c'est une hérésie qui condamne un bâtiment centenaire à une détérioration rapide", note Michèle Prats, vice-présidente d'Icomos France.

Ce conseil international des monuments et des sites de l'Unesco a préconisé, en décembre 2009, la plus grande prudence et suggère des mesures d'exception pour le patrimoine. Une directive européenne laisse la liberté aux administrations d'écarter du champ les monuments "protégés".

Comme quoi l'affaire de l'hôtel Lambert soulevait de vraies questions.

Florence Evin

 

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 19:11

Les discussions initiées avec l’association, conjointement par le ministre de la Culture et de la Communication, le maire de Paris et leurs représentants, ayant finalement trouvé un compromis satisfaisant, nous avons décidé d’initier les démarches visant à nous désister de la procédure en cours.

Nous nous réjouissons d’avoir obtenu gain de cause de façon amiable sur la majeure partie des aménagements que nous avions contestés et tenons à remercier chaleureusement tous ceux qui nous ont soutenus et ainsi contribuer à l’aboutissement de ce protocole visant en priorité à préserver l’intégrité patrimoniale de l’hôtel Lambert.

 

Afin de vous expliquer plus en détails le contenu de l’accord que nous avons signé, nous vous convions à une réunion d’information qui aura lieu le

 

Vendredi 19 février 2010, de 18h à 20h

Centre Malher (CNRS)

9, rue Malher - 75004 PARIS

Métro : Saint-Paul ou Pont-Marie - Bus : 67, 69, 76 ou 96

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 18:35

Des dicussions, initiées conjointement par le ministre de la Culture et de la Communication, le maire de Paris et leurs représentants, ont été récemment engagées avec notre association au sujet des travaux de restauration de l’hôtel Lambert. Le tribunal administratif de Paris, saisi en référé, avait suspendu le 15 septembre 2009 l’autorisation de travaux signée par le ministère le 11 juin, accordant ainsi foi à notre requête. Un pourvoi en cassation, présenté conjointement par le ministère et le propriétaire de l’hôtel, était jusqu’à présent en cours d’examen au conseil d’État.

Les parties ayant finalement trouvé un compromis satisfaisant, nous avons décidé d’initier les démarches visant à nous désister de la procédure en cours. L’association se réjouit d’avoir obtenu gain de cause de façon amiable sur la majeure partie des aménagements qu’elle avait contestés.
Voici les points essentiels qui ont retenu tout particulièrement notre attention :

- Cuvelage de la cour d’honneur et du jardin : le propriétaire a renoncé au creusement d’un parking souterrain, et nous avons consenti une excavation pour permettre l’installation d’un transformateur EDF conforme à la réglementation. L’association veillera toutefois à ce que le creusement n’excède pas un tiers de la surface de la cour d’honneur.

- Régulation thermique de l’ensemble de l’hôtel : le propriétaire s’est engagé à ce que les conduites passent essentiellement par les planchers ainsi que par des gaines isolées et indépendantes des décors historiques qui ne sauraient en être affectés.

- Exhaussement du mur de clôture : le propriétaire a renoncé à cet aménagement, tenant compte des objections que nous avions émises sur le rehaussement du parapet extérieur du jardin, qui entraînerait une atteinte profonde à l’harmonie caractérisant la proue de l’île Saint-Louis.

- Escalier de l’aile est : nous avons reconnu que l’escalier aménagé au début du 19e siècle dans une ancienne cour et situé à l’est de l’escalier d’honneur présente un intérêt patrimonial secondaire et avons par conséquent accepté que celui-ci soit remplacé, dans le cadre du projet de restauration, par deux ascenseurs desservant les étages.

- Réaménagement du cabinet de Jean-Baptiste Lambert en salle de bains : compte tenu de l’importance historique de l’ancien cabinet de Jean-Baptiste Lambert que nous avions réaffirmée, le propriétaire a renoncé à sa transformation en salle de bains. Le manteau de la cheminée de marbre demeurera en place de même que l’importante cloison à laquelle l’ouvrage est adossé. Le maintien de cette disposition entraîne la préservation de la souche de cheminée correspondante en toiture. Nous avons admis, en dépit des réserves émises sur ce point, la création d’un ascenseur entre l’étage inférieur et le niveau mentionné, assurant sur un seul niveau la desserte du cabinet, dès lors que cette installation n’affectera aucunement le plafond historié et peint.

- Galerie « Troubadour » (étage attique de l’aile est) : sensible à l’importance historique de cet emplacement qui, comme nous l’avons rappelé, constitue un témoignage du passage de la famille Czartoryski dans l’hôtel Lambert, mais également désireux de réaliser son programme d’habitation qui prévoit l’installation de deux chambres et leurs dépendances à l’emplacement de cette galerie, le propriétaire s’est engagé à assurer la complète réversibilité de cet aménagement, afin, le moment venu, d’en permettre l’éventuelle restauration.

Monsieur Andrea Bruno, architecte à Turin, auteur de la restauration du château de Rivoli en Italie et du musée des Arts et Métiers à Paris, a accepté d’être nommé par le ministre de la Culture, sur notre proposition et avec l’accord du propriétaire, comme expert au comité scientifique qui suivra les travaux.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui nous ont soutenus ces derniers mois, et qui ont contribué, chacune à leur niveau, à faire aboutir ce protocole visant en priorité à préserver l’intégrité de l’hôtel Lambert.

 

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 20:19

Ce jour de Noël 2010, paraît dans Le Monde, un article d'Henri Gaudin, architecte, dont voici le texte :

"C'est une indignation à la mesure du forfait qu'on se prépare à commettre à son encontre. Le projet de restauration de l'hôtel Lambert, cet édifice majeur de l'architecte Le Vau, se dresse sur l'étrave de l'île Saint-Louis, en épousant la courbe de la Seine. Il est rare qu'un tel dynamisme s'allie avec la rigueur d'un ordonnancement au rythme souverain.

C'est le quai d'Anjou en son entier qui vient se terminer sur un jardin suspendu. L'île ménage une proue que domine le corps principal du prestigieux édifice, à la façon dont une passerelle se dresse sur un vaisseau. Le mouvement est si juste, l'assise du jardin suspendu si assurée, le rythme des fenestrages si délicat, l'architecture si dynamique qu'on croirait voir le bâtiment glisser le long de la Seine en exposant son étrave au courant, sans autre âge que celui de la jeunesse et du futur.

En abîmer les traits, c'est meurtrir la ville avec laquelle le magnifique hôtel Lambert fait corps.

Si comme le dit Victor Hugo, "l'usage appartient à quelques-uns et la Beauté appartient à tous", c'est nous tous qui en sommes les destinataires. Qui n'a pas ressenti qu'on ne saurait séparer la singularité prestigieuse de cet édifice du tout qu'est la ville ? La manifestation de sa beauté dépasse notre propre personne et intéresse la communauté en son entier. Témoignant d'une époque d'intense activité esthétique et éthique, l'excellence de son architecture, comme toute oeuvre d'aujourd'hui, offre sa puissance créatrice à travers le temps.

Le Vau, son architecte, n'est pas seulement contemporain de son siècle, il s'adresse à des générations futures, à tous ceux qui pensent que la modernité est de tous les âges, à ceux qui stigmatisent la bassesse par l'exigence de l'esprit. Ne défigurons pas une beauté sous la séduction de laquelle nous tombons tous. Soyons à son écoute, respectons l'intransigeance de son architecture, admirons la richesse des prestigieuses peintures de Le Sueur et de Le Brun.

Hélas ! le projet de "réhabilitation" manifeste l'intention de construire un parking sans se soucier des bouleversements des sols et du dommage causé aux substructions intouchées depuis 1640.

Lord Byron, Ruskin, Wagner, Proust, tous amoureux de Venise, ont-ils jamais exigé que leur carrosse et plus tard leur voiture pût accéder à l'intérieur des palais dans lesquels ils résidaient ? Quelle aberration d'exiger l'intrusion d'un parking à l'intérieur de l'édifice, de construire trois ascenseurs, de soustraire des pièces d'une délicate harmonie au profit de salles de bains multiples, d'altérer la proportion de certains salons, de supprimer des manteaux de cheminées et des escaliers élégamment balancés.

Ignore-t-on que par la surenchère d'aménagements superflus de salles de bains et par la transformation du chef-d'oeuvre en hôtel de luxe, on expose dès lors l'édifice aux impératifs d'une technique qui impose des passages de gaines de ventilation en tous sens, altérant l'ensemble de la construction et menaçant, par l'ampleur de locaux sous le jardin suspendu, l'intégrité des fondations.

C'est ne pas entendre les harmoniques de proportions savantes, c'est être aveugle au rayonnement qu'émettent les prestigieuses oeuvres des peintres Le Sueur et Le Brun, auquel on doit la Galerie des glaces de Versailles ; c'est ne pas écouter ce dont les murs ont perçu les échos. Oui ! ces murs ont une âme, ces espaces sont investis de ce dont ils ont été témoins.

Il est paradoxal de maltraiter ce qui est authentique et de se soustraire au respect d'une oeuvre prestigieuse dans le même temps qu'on s'affaire - contrevenant à l'esprit même d'une époque - à placer sur les façades des colifichets (pots à feu et autres pots à fleurs) dérisoires.

Qui peut être dupe de cette manière de nous donner le change en s'affairant maladroitement à l'inessentiel ? Mutiler salons et escaliers, rehausser le soubassement par un parapet qui alourdit sa proportion est une faute. Peindre des menuiseries en trompe-l'oeil sur la façade, une mascarade. Et comment peut-on faire disparaître de vieux appareillages de pierre dont les assises disjointes témoignent de l'empirisme des savoir-faire et du travail des maçons ?

Laissons à leur simplicité de vieilles cheminées qui font bon ménage avec l'esprit du Grand Siècle et sont des marques touchantes de la vie quotidienne. Comble de cynisme : sous couvert de respect du passé, on se propose de détruire d'authentiques lucarnes et leurs balcons en fer forgé pour leur substituer des succédanés dont la proportion maladroite brise le mouvement ascendant du motif d'entrée. Ah, les belles âmes que sont les sectateurs d'une authenticité au service de laquelle on sacrifie le vrai à la mythologie de la symétrie et de l'équilibre.

Niaiseries des "nigauds aux goûts appris", persiflait Stendhal, désignant les contempteurs de la dissymétrie et de l'irrégularité de l'admirable place du Quirinal, à Rome.

Peut-on briser la carapace d'indifférence dont se revêt la société ? A travers les mouvements d'indignation contre la mutilation de l'hôtel Lambert, on a l'espoir que oui. Nombreux sont ceux qui saisissent qu'une oeuvre est un maillon de la longue chaîne de la modernité qui parcourt les siècles, et qui ont foi en la vie de l'esprit. Ils savent que, dans une époque d'intense activité éthique et esthétique, les créateurs refusent de n'être que les hommes du présent, et s'adressent à ceux qui vivront le futur.

Si ce bâtiment est grand, c'est parce qu'il est le point d'orgue d'un ensemble qui s'appelle l'île Saint-Louis. Comme être singulier, il n'en fait pas moins partie d'un tout, tant il a d'affinités avec des proximités qu'il emporte dans son élan. Avec quelle grâce il se greffe au quai d'Anjou ! Cet édifice met en branle l'imagination, et nous porte à l'essentiel par sa qualité de trait, sa qualité de tension, sa façon d'avoir créé un avenir. Ne nous leurrons pas !

Musil nous invite à voir clair : "Jamais plus une idéologie unitaire, une "culture" ne viendront d'elles-mêmes dans notre société blanche..." C'est pour cette raison qu'on peut être fasciné par l'intensité créatrice de l'admirable édifice de Le Vau, et que ce n'est pas à lui de se conformer à nos usages, mais à nous de savoir vivre selon ce qu'il émet d'échos harmonieux.

J'ai entendu, dans la consternation, que les défenseurs de l'intégrité d'un fleuron de notre culture étaient des xénophobes. Je m'insurge ! Le sont ceux qui menacent l'intégrité d'un patrimoine ; ceux qui ruinent les inventions de vivre des Asiatiques, des Amérindiens, de l'islam, et participent à la destruction des cultures qui font monde.

Où l'on reconnaîtra que les premiers destructeurs c'est nous : à Pékin, à Shanghaï, en Europe et ailleurs."


 

Henri GAUDIN, Architecte

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 19:58

Vient de paraître sur time.com un article intéressant sur l'"affaire Lambert". Nous vous encourageons à le lire...

Is France Doing Enough to Save Its Historic Buildings ?

By Jeffrey T. Iverson  Oct 07, 2009

A Qatari prince's plan to renovate a 17th century Parisian mansion has outraged preservationists in France. They say the government is ignoring its duty to protect one of its greatest assets — its history.


 

 

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 20:32

Amis, défenseurs du patrimoine, vous trouverez ci-dessous le texte intégral du courrier que nous avons adressé au nouveau ministre de la Culture et de la Communication, quelques jours après sa nomination. Nous sommes toujours en attente de sa réponse.

Par ailleurs nous sommes en train de réfléchir à la suite que nous allons donner à cette décision de Madame Albanel, autorisant les travaux. Vers un éventuel recours ? Nos y réfléchissons !

Il est évident que vous serez très vite informés.


---------------------------------------------------------------
Supplique en faveur de l’hôtel Lambert

 

Monsieur le Ministre,

 

Loin d’entériner un projet consensuel et de clore les débats, le feu vert donné par Christine Albanel au projet de restauration de l’hôtel Lambert ne fait que raviver les inquiétudes du public et des spécialistes. Cette décision qui témoigne d’une ignorance intolérable relativement à un édifice de cette importance de l’actualité et de l’excellence des savoir-faire répandus dans toute l’Europe inspire des doutes quant à la capacité de notre pays d’assumer la gestion de son patrimoine. Par un concours de circonstances incompréhensible, la gravité des opérations qui compromettent le destin de l’un des fleurons du patrimoine parisien a été volontairement sous-estimée, notamment par la Commission nationale des Monuments historiques. Les amendements obtenus par cette dernière sont minimes au regard du traumatisme qu’on s’apprête à faire subir au bâtiment.

 

Sur le plan patrimonial, le défaut de convenance entre le projet et la valeur d’art et d’histoire du bâtiment est cruel et manifeste. Le retour à un état antérieur idéalisé, l’adoption selon la formule de Viollet-le-Duc d’ « un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné » dénotent une attitude rétrograde difficile à accepter pour un projet de restauration de tout premier ordre. Faut-il rappeler que l’hôtel Lambert classé en totalité s’inscrit dans un site protégé par l’Unesco au titre du patrimoine mondial, au cœur de la capitale d’un pays signataire de la Charte de Venise ? La situation est d’autant plus critique que le principe de cette translation de la réalité présente vers un âge d’or hypothétique s’accompagne de l’intégration dans la structure du XVIIe siècle de la panoplie complète des composantes d’un luxe contemporain dont l’insertion est à la fois mutilante et irréversible.

 

D’un point de vue purement technique, les meilleurs spécialistes du bâti ancien mesurent et déplorent l’étendue des risques qu’on s’apprête à faire subir à la construction pluriséculaire parvenue jusqu’à nous presque indemne, sans égard pour son caractère unique, sa préciosité et sa très grande fragilité. On le sait, il est imprudent de créer d’importants locaux souterrains en bordure de Seine, tant sous la cour que sous le jardin, choquant de percer trois nouvelles cages d’ascenseur ex nihilo au détriment de structures existantes dont un escalier ancien toute hauteur, insensé de soumettre tous les étages d’une construction de ce type et de cet âge aux exigences de la climatisation, grotesque enfin d’invoquer le développement durable dans le cadre d’une opération qui relève d’un chantier d’exception.

 

Monsieur le Ministre, ceci est une supplique : votre nomination récente et le séjour que vous venez d’effectuer à Rome vous donnent un recul dont ne disposaient peut-être pas ceux qui, par dilution des responsabilités, viennent de réserver à un édifice d’une valeur patrimoniale analogue à celle de la Farnésine ou de la villa Madame un destin rien moins que pitoyable. Comment arguer devant des pays de l’Union européenne tels que l’Italie ou l’Espagne que la satisfaction d’un besoin passager – le garage de 4 véhicules – a engendré une action aussi barbare que le bouleversement des sous-sols de l’édifice ? Logerait-on un parking sous la villa Médicis ? Perforerait-on les voûtes et les planchers du Palais Barberini ? Comment justifier auprès des générations futures d’avoir laissé affubler l’hôtel Lambert de pots-à-feu, d’épis de faîtage et de lucarnes de tel ou tel modèle dans l’optique naïve de rendre l’édifice plus beau qu’il n’est déjà ?

 

Laisser commettre ces forfaits dans la position de sachants où nous sommes n’est pas rendre justice à la bonne volonté d’une famille de commanditaires dont on sait, ainsi qu’en témoigne le récent musée de Doha, la priorité qu’elle accorde à l’excellence architecturale. La déontologie et un sens de l’hospitalité même élémentaires exigent qu’on renseigne avec sincérité le Prince Hamad Ben Khalifa Al-Thani de l’appartenance de l’hôtel Lambert aux plus hautes sphères du patrimoine international et des implications qui en résultent. Il est temps encore de dissiper ce climat de courtisanerie servile et aveugle qui a conduit les maîtres d’œuvre chargés de l’opération à satisfaire sans distance critique aux impératifs stéréotypés d’un luxe de convention, à s’écarter du véritable intérêt d’un commanditaire susceptible de nous reprocher un jour très amèrement la dévastation de son bien, mais trop tard.

 

Nous vous soumettons en pièce jointe le texte de la pétition que nous avons lancée en février dernier ainsi qu’une liste de personnalités parmi les 8000 pétitionnaires qui se sont manifestés en faveur d’une réorientation du projet de restauration. Nous y ajoutons le texte d’une interview récemment accordée par Michèle Morgan sur cette maison qu’elle a longtemps habitée. Cette expression sincère et colorée d’une désapprobation partagée par tous les connaisseurs exprime en peu de mots ce que la partenaire de Jean Gabin a elle-même qualifié avec modestie de « bon sens populaire ». Enfin, nous avons l’honneur de vous informer que l’association « Paris Historique » va déposer un recours contre la décision de Christine Albanel, selon les procédures légales.

 

Monsieur le Ministre, vous avez le pouvoir d’enrayer la course de cette machine infernale, de réorienter l’opération ignominieuse qui se profile et de métamorphoser cette campagne de restauration très attendue en un projet « phare », qui puisse conférer à la France le rôle d’avant-garde qu’on est en droit d’attendre d’un pays dont les richesses patrimoniales sont quasi sans égales. Puisse l’engagement dont vous avez fait preuve en maintes circonstances vous déterminer à considérer l’étendue du désastre imminent, à vous saisir à bras-le-corps de ce projet, et faire de la restauration de l’hôtel Lambert l’une des réussites personnelles de votre ministère.

 

Nous vous prions, Monsieur le Ministre, d’agréer les assurances de nos sentiments très respectueux.

 

 

 

 

Jean-François Cabestan, architecte du patrimoine, université de Paris 1 et
Pierre Housieaux, Président de l’association « Paris Historique »

 

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 10:57

Mme Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, a finalemenent autorisé les travaux pour la restauration de l'hôtel Lambert. Cliquez ici pour accéder au communiqué de presse officiel.

Dès le lendemain, la presse nationale s'est fait l'écho de cette décision et les initiateurs de ce blog ont pu réagir publiquement. Vous pouvez consulter les différents articles en cliquant sur les titres ci-dessous :
- Le Monde, L'hôtel Lambert, l'inquiétude demeure
- L'Express, Ce projet dénature et mutile l'hôtel Lambert
- Le Parisien, à qui il arrive souvent d'omettre de demander l'avis légitime des associations..., Feu vert du ministère aux travaux de l'hôtel Lambert.
- et l'interview de Michèle Morgan, qui a été locataire de l'hôtel...

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 15:33

La Tribune de l'Art, mis en ligne le 13 mai 2009

Le 18 décembre 2008, consultée sur le « projet de réhabilitation » de l'hôtel Lambert élaborée par l'agence d'Alain-Charles Perrot, la Commission du Vieux Paris avait exprimé son opposition unanime.

Quatre mois plus tard, après un débat public intense, en dépit des observations d'Alexandre Cojannot (le spécialiste de Louis Le Vau introduit in extremis dans petit conseil scientifique chargé de suivre la restauration), et des très nombreuses recommandations de la Commission supérieure des Monuments historiques (section Travaux) du 9 mars dernier, le projet continue de susciter de légitimes inquiétudes, même si on peut relever des évolutions positives (voir l'article « Hôtel Lambert : des bienfaits de la polémique »). Le mardi 5 mai après-midi, lors d'une séance extraordinaire de la Commission du Vieux Paris, l'architecte en chef a présenté en effet un projet, qui ne matérialise toujours pas les évolutions annoncées, et offre encore de nombreux points obscurs, ambigus, voire carrément inquiétants.

Commençons par l'essentiel. Si l'on en croit le dernier jeu de plans, présentés lors de cette séance, le projet prévoit bien d'installer sous un gros quart du jardin suspendu des "locaux techniques" de grandes dimensions ( 250 m2 sur deux niveaux de sous-sols, sur sept mètres de profondeur), bâtis en « cuvelage » (selon la légende portée sur le plan) avec les risques bien connus de déstabilisation des fondations voisines en cas de crue (les crues décennales monteraient à mi-hauteur de ces parois étanches, mais les reflux latéraux bien plus haut encore). Quand on prétend redresser le grand escalier (qui a joué sur ses souples pilotis), peut-on jouer avec la stabilité de l'ensemble de l'hôtel ?

Sous la cour, pour le garage souterrain qu'il prévoit toujours d'y creuser, l'architecte annonce avoir renoncé au cuvelage au sens précis du mot (l'eau des crues pourrait s'y engouffrer), dont acte, mais pourquoi diable rester fixé sur l'idée d'un garage en sous-sol : il y avait une logique à cela, lorsqu'il s'agissait de garer sept ou huit véhicules, mais, comme le P.L.U. (plan local d'urbanisme) de l'île Saint-Louis interdit d'accroître le nombre de places et les surfaces de parking, pourquoi dénaturer de manière irréversible la cour pavée d'un des plus beaux et des plus authentiques hôtels du Grand siècle pour placer en sous-sol quatre voitures qu'on savait garer précédemment en surface ? Il serait quant même à la fois plus respectueux du patrimoine et plus chic de garer sa voiture dans l'espace des anciennes remises de carrosses que dans un sous-sol bétonné inondable.

Le troisième point d'inquiétude reste l'ascenseur débouchant dans l'ancien cabinet de Nicolas et Jean-Baptiste Lambert. On ne peut que se réjouir qu'on ait renoncé à percer son plafond à poutres et solives peintes (ce qui permet de sauver du même coup l'escalier de Lassus, qui conduit à l'appartement néogothique des combles), et l'on peut remercier vivement le nouveau propriétaire de ce sacrifice, puisqu'il s'agissait selon l'architecte de sa seule exigence ; mais, puisque cet ascenseur ne sert plus qu'à monter du rez-de-chaussée, qui a fort peu de hauteur, au rez-de-jardin, est-il, tout compte fait, nécessaire ? Ne peut- le repousser derrière une cloison voisine, voire se contenter du petit escalier de dégagement qu'on y trouve, pour jouir d'une pièce qui ne soit pas défigurée par le débouché incongru d'un ascenseur ?

Certains points semblent acquis : conservation des huisseries anciennes, plus nombreuses que ce qui était acté dans le dossier initial (mais leur remontage reste à préciser) ; maintien de l'appartement néogothique aménagé dans le comble du corps principal avec ses vitraux (mais quid de la grande cheminée qui y est associée ?) et de l'escalier de Lassus, qui y mène (dont il faudra veiller à améliorer l'enduit extérieur) ; abandon du projet de remplacer par d'improbables restitutions les éléments du XIXe siècle de la cage du grand escalier.

Cependant restent encore bien d'inquiétantes incertitudes sur le passage des réseaux de fluides liés au mode de régulation de la température choisie (les plans montrés ne fixent l'emprise que de quatre gaines verticales), comme des réserves sur des altérations gratuites des distributions initiales (déplacement de la cloison de l'ancienne bibliothèque qui crée une antichambre obscure) et sur des choix patrimoniaux discutables (remplacement des lucarnes existantes pour créer une uniformité fallacieuse ; restitution de pots-à-feu non documentés, et en tout étant de cause surdimensionnés ; surélévation du muret fermant le jardin vers le quai, au risque d'altérer les rapports visuels de proportions.

S'il est légitime et prudent de prévoir un suivi du chantier, il reste encore, à notre sens, à opérer quelques révisions majeures du parti de restauration pour pouvoir se réjouir sans amers regrets de ce qui attend ce chef d'œuvre de l'architecture française.


Claude Mignot

Membre de la commission du Vieux-Paris
Professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 11:38


R
ien n'est joué pour la sauvegarde de l'hôtel Lambert, joyau parisien du XVIIe siècle classé monument historique. A la veille de la décision de Christine Albanel sur l'avenir du bâtiment, le maire de Paris, Bertrand Delanoë a émis, vendredi 15 mai, un avis (consultatif). La ministre de la culture doit donner son feu vert à la "réhabilitation" conduite par Alain-Charles Perrot, architecte en chef des monuments historiques, sous réserve des recommandations de la Commission nationale des monuments historiques (Le Monde du 12 mars).

Dans cet avis, M. Delanoë se réjouit des avancées réalisées sur le projet initial. Mais il pointe aussi les menaces sur la structure de ce témoin essentiel du Grand Siècle. Il "déplore le rehaussement du mur d'enceinte de 80 centimètres" qui souligne la proue de l'île Saint-Louis et le jardin suspendu du bâtiment. Selon le plan local d'urbanisme (PLU), la superficie du parking prévu sous la cour pavée "doit être diminuée", dit-il, comme les locaux techniques sous le jardin historique "surdimensionnés et susceptibles de porter atteinte (...) à la pérennité des plantations". Ce jardin est en cours de classement, précise le maire, qui demande à Mme Albanel que la "secrétaire générale de la Commission du Vieux Paris soit nommée membre de la Commission scientifique" chargée d'éclairer la ministre sur le dossier.

La Commission du Vieux Paris, qui auditionnait l'architecte le 5 mai, a répertorié les problèmes en cours : le passage des fluides pour la climatisation, la création d'un ascenseur dans la chambre de M. Lambert, la redistribution des pièces, etc. De quoi nourrir encore l'inquiétude des académiciens et autres notoriétés des arts et lettres qui ont récemment signé une pétition.


Florence Evin
Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 22:52

Signé par un collectif de 7 experts de la Commission du Vieux Paris, dont plusieurs membres
particulièrement éminents, ce "rebond" a été refusé par
Libération fin février au motif qu'il était diffamatoire. Même si quelques amendements ont été obtenus depuis, l'actualité des informations qu'il contient et
l'autorité des signataires nous engagent à le soumettre nos lecteurs.


Le 18 décembre dernier, la Commission du Vieux Paris a alerté le Maire de Paris et l’opinion sur la dénaturation importante que subirait l’hôtel Lambert, chef-d’œuvre du XVIIe siècle classé monument historique dès 1862, si le projet de « réhabilitation » élaboré par l’architecte en chef Alain-Charles Perrot pour le frère de l’émir du Qatar n’était pas profondément amendé. Le point principal, sur lequel la Commission était notamment habilitée à émettre un avis, se rapporte à la question du garage dont le terre-plein du jardin suspendu, très en vue, est appelé à faire les frais. Cette option s’accompagne d’une sortie de voitures quai d’Anjou, en plein milieu du mur de soutènement d’origine. L’annonce publique faite par Bertrand Delanoë de son intention de ne pas donner son accord a suscité une réponse ambiguë de Christine Albanel. Loin d’assurer qu’il ne pouvait être question de porter atteinte à la proue de l’île Saint-Louis, c’est-à-dire à un site inscrit au patrimoine de l’Unesco, la ministre a seulement déclaré que « rien n’était décidé ». À la mi-janvier, pour faire face aux réactions et protestations suscitées par la découverte d’autres éléments du dossier sujets à contestation, l’architecte et le représentant du propriétaire entr’ouvrent aux media les portes de l’hôtel. L’architecture de Le Vau et les peintures de Le Brun contribuent pour partie à la réussite de l’opération de séduction : les omissions, demi-vérités, contre-vérités et mensonges proférés par l’architecte alors maître du terrain font le reste. C’est ainsi qu’aux articles alarmistes de décembre succède une salve d’informations rassurantes voire lénifiantes. Pourtant, à ce jour, rien ne permet d’écarter les inquiétudes très vives sur la préservation de l’intégrité patrimoniale de l’un des édifices parmi les plus célèbres de la capitale. Sans doute n’est-il question ni de raser l’hôtel ni d’en démolir les pièces les plus ornées, c’est bien la moindre des choses. Le destin des dedans et les dehors n’en sont pas moins pour partie compromis dans leur authenticité, parfois très gravement.

 La transformation la plus barbare concerne le démantèlement du bastion que forme le jardin suspendu, de plain-pied avec l’appartement principal du premier étage. En dépit des dénégations de l’architecte, les dessins de son agence indiquent sans ambiguïté qu’il est prévu d’en surélever le parapet. Le sacrifice d’une disposition aujourd’hui unique à Paris tient dans le vœu de disposer de davantage de places de parking. On en comptait pourtant déjà cinq du temps des précédents propriétaires. En second lieu, la création de deux ascenseurs – celle-ci porte à quatre le nombre des circulations verticales mécaniques – et de trois gaines techniques d’un volume considérable porte une atteinte d’ordre structurel à l’économie de la construction. Ces dispositifs engendrent la destruction d’un escalier du XVIIIe siècle qui jouxte l’escalier d’honneur et, plus grave, l’éventrement du plafond de la chambre à coucher de Jean-Baptiste Lambert, le commanditaire de l’hôtel, dont les poutres et les solives polychromes sont ornées de médaillons historiés, de putti et de rinceaux rehaussés de dorures. On pouvait croire cette dernière pièce – le point d’orgue de la distribution du grand appartement d’apparat – assujettie au régime de protection qui s’impose dans tout le bâtiment. Le projet prévoit d’amputer son volume d’un tiers en faveur du passage d’une gaine technique et de l’une des cages d’ascenseur puis de morceler ce qui en reste à l’aide d’équipements sanitaires incongrus. Selon Alain-Charles Perrot, la climatisation est absente de l’hôtel : il s’agit d’air chauffé ou rafraîchi, distinction assez vaine au regard du volume impressionnant des gaines. S’appuyant sur une analyse des huisseries qui, contrairement à des assertions mensongères, n’a pas été commandée au meilleur spécialiste en la matière, l’architecte prétendait qu’il n’y avait plus rien d’ancien et s’apprêtait à tout remplacer. On attend maintenant les résultats d’une expertise fiable.

 D’autres aspects relèvent d’une attitude et d’un savoir faire datés en matière de restauration. Associant dans un flou peu doctrinal les réparations nécessaires et le retour à un état ancien scientifiquement infondé, le maître d’oeuvre souhaite retoucher les toitures, remplacer les lucarnes quitte même à en rajouter et pratiquer des additions d’ordre décoratif : fausses menuiseries, balustrades, potiches et pots-à-feu. En 1964, la « charte de Venise » a formulé des règles autour desquelles se rassemblent aujourd’hui les restaurateurs du monde entier. Elle établit notamment le respect des strates du temps : les autels baroques dans les églises romanes, comme les décors néo-gothiques dans les hôtels classiques. Au mépris de ce texte qui est la doctrine officielle de l’Icomos et du ministère de la Culture en matière de restauration, Alain-Charles Perrot prétend rétablir un état ancien de l’hôtel et s’apprête à ruiner la cohérence de l’appartement de style troubadour aménagé dans les combles sous Napoléon III pour les Czartoryski. Peut-on bafouer la mémoire de cette famille polonaise qui a assuré la restauration, l’entretien et le rayonnement de l’hôtel Lambert pendant un siècle et demi ? Il s’agit en outre d’une œuvre de Jean-Baptiste Lassus, collaborateur de Viollet-le-Duc à Notre-Dame. On n’envisage pas moins d’en retrancher l’escalier en chêne orné de sculptures, une cheminée à hotte et d’intéressants vitraux historiés. Le goût subjectif l’emporte ici sur la valeur patrimoniale objective. Mais la responsabilité de ces choix n’incombe-t-elle pas plutôt à Alberto Pinto, le décorateur auquel ont été soumis tous les locaux ayant perdu leur décor du XVIIe siècle, notamment dans l'aile gauche de l'hôtel dont il est prévu de remanier complètement la distribution ancienne ?

Il est consternant de penser que c’est un « architecte en chef des monuments historiques » qui a élaboré ce projet. La campagne envisagée n’est ni une restauration, ni une réhabilitation du bâtiment considéré. C’est une dénaturation profonde du chef d’œuvre du jeune Le Vau – l’architecte de Vaux-le-Vicomte, de la façade sur jardin de Versailles et de l’Institut de France – et de ses adaptations successives. Le Maire de Paris semble décidé à maintenir son veto sur le garage souterrain. On aimerait que les services de l’État réagissent à leur tour, puisqu’en dernier ressort c’est la Ministre de la Culture qui tranchera et délivrera le permis soit de restaurer, soit de dénaturer la distribution de l’hôtel Lambert.

 

Jean-Pierre Babelon,
membre de l’Institut, membre du Comité d’histoire de Paris, conservateur général honoraire du Patrimoine

Jean-François Cabestan,
architecte du patrimoine, université de Paris 1

Mark K. Deming,
historien, école d’architecture de Paris-Belleville

Pierre Housieaux,
président de l’association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique

Antoine Picon,
chercheur à l'école nationale des Ponts et Chaussées, professeur à la Graduate School of Design de l'université Harvard.

Pierre Pinon,
professeur à l’école de Chaillot

Christian Prévost-Marcilhacy,
inspecteur général honoraire des monuments historiques

 

Repost 0
Published by Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique - dans L'avis des experts...
commenter cet article

Présentation

  • : Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • Contact

Profil

  • Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • association fondée en 1963 pour "entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, de protéger et de faire connaître les quartiers
 de Paris, afin de sauvegarder leur harmonie architecturale et sociologique".
 Pierre Housieaux, prési
  • association fondée en 1963 pour "entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, de protéger et de faire connaître les quartiers de Paris, afin de sauvegarder leur harmonie architecturale et sociologique". Pierre Housieaux, prési

La presse en parle...

LE MONDE | 23.02.09 |


Pour l'hôtel Lambert, faites encore un effort, Monsieur l'architecte en chef !

par Claude Mignot


Le
18 décembre 2008, la Commission du Vieux Paris alertait l'opinion sur la dénaturation importante que subirait l'hôtel Lambert, l'un des grands chefs-d'oeuvre de l'architecture du Grand Siècle, classé Monument historique depuis 1862, si le projet de "réhabilitation" élaboré par l'architecte en chef des Monuments historiques (MH), M. Alain-Charles Perrot, pour le nouveau propriétaire, n'était pas profondément amendé. L'affaire de l'hôtel Lambert, dont Le Monde s'est plusieurs fois fait l'écho, commençait.
Réflexion faite, le plus étrange est que les points les plus discutables du projet, voire les plus scandaleux, tiennent moins aux exigences du client qu'aux choix techniques, aux caprices esthétiques et aux erreurs historiques de l'architecte.
Le premier point, celui par lequel le scandale est arrivé, est le parti de creuser et de cuveler de béton la cour et le jardin, pour installer un vaste parking souterrain et les lourds équipements techniques, électriques et géothermiques retenus par M. Perrot.
Il est assez ahurissant qu'un architecte en chef des MH ait pu proposer de creuser le seul authentique jardin "suspendu" du "Paris Grand Siècle" pour établir un garage trouvant son débouché en plein milieu du mur du XVIIe, dans un site classé au Patrimoine mondial.
Ce parti de plan serait écarté, dit-on, mais faut-il revenir simplement au projet initial, que les services de la Ville avaient déjà rejeté : parking sous la cour et plateau technique sous le jardin ? Il présente deux inconvénients majeurs : le passage de béton reliant les deux cuvelages passe sous les caves du corps principal et viendra couper les pilotis de bois sur lequel repose l'hôtel Lambert, comme tous les vieux hôtels de l'île Saint-Louis ; d'autre part, même si le cuvelage technique est un peu réduit, l'authenticité et la beauté du jardin resteront fortement altérées.
Une seule solution est correcte d'un point de vue patrimonial : garer les voitures en surface, dans les anciennes remises de carrosse et dans le passage cocher existant sur le quai, comme le faisaient les Rothschild, les précédents propriétaires, ce qui permettrait de placer tout le plateau technique sous la cour pour dégager les caves, sans creuser sous le jardin.
Le deuxième point, qui fait aussi scandale, touche la dernière pièce du grand appartement du premier étage, avec son plafond à poutres et solives peintes et dorées avec des figures - putti et médaillons -, que l'étude a reconnu comme authentique, avec des restaurations d'extension limitée. Le projet prévoyait de transformer le noble "cabinet" de M. Lambert en salle de bains et dressing, et de détruire un bon tiers du plafond pour faire passer un ascenseur et une énorme gaine technique. Devant la presse en janvier, l'architecte reconnaissait l'écueil, "concession faite au propriétaire", qui souhaitait un accès direct par ascenseur à sa chambre.
On attendait plutôt qu'il trouve la bonne passe pour l'éviter... derrière la cloison qui retranche depuis le XVIIIe ou le XIXe un quart environ du grand cabinet de travail d'origine, l'ascenseur pouvant remplacer le petit escalier de dégagement installé là. Et, si on y retrouve le quart manquant du plafond peint d'origine, il faudra savoir persuader le nouveau propriétaire, qui aime, dit-on, l'art et Paris, qu'on a des devoirs vis-à-vis du patrimoine qu'on occupe, et que, pour préserver cette découverte, il faudra se satisfaire d'un ascenseur s'arrêtant au premier étage (deux autres ascenseurs n'étant pas si loin) pour ne pas détruire ce qu'on viendrait à découvrir.
Le troisième point est sans doute moins spectaculaire, mais, pour l'architecture comme pour la haute couture, tout est dans les détails autant que dans le grand dessin. Il touche à la doctrine de restauration, qui a fait pourtant l'objet d'accords internationaux signés par la France, la charte de Venise en 1965 et la convention européenne de Grenade en 1985, et dont la règle majeure est le respect des strates de l'histoire.
Or le prince polonais Adam Czartoryski, qui rachète l'hôtel en 1842 et dont la famille le possède jusqu'en 1976, opère une importante restauration avant d'accueillir dans ses salons tous les exilés polonais de Paris et quelques-unes des gloires de la France littéraire. Pourquoi vouloir gommer toute trace de cette seconde brillante période pour restituer un pseudo-état XVIIIe ?
Il est absurde de vouloir remplacer dans la cage du grand escalier la balustrade haute, créée au XIXe, par une balustrade neuve, en s'appuyant sur une gravure dont on peut démontrer la fausseté, comme de substituer au lanternon zénithal en place un lanternon neuf, dont le modèle n'est pas documenté. Absurde aussi de changer le dessin des lucarnes, dont la plupart datent de cette même époque, d'autant que l'opération conduit à déposer les beaux vitraux qui éclairent le corridor de l'atelier installé dans les combles pour le prince polonais par J.-B. Lassus, le restaurateur de la Sainte-Chapelle, à Paris.
En fait, si les deux commissions, qui doivent se réunir prochainement, n'y mettent pas leur veto, c'est tout cet appartement néogothique, y compris l'escalier qui y mène, que s'apprêtent à faire disparaître M. Perrot et M. Pinto, le décorateur dont le rôle est sans doute plus important que ce qu'on en a dit jusqu'ici.
Pourquoi diable faut-il une campagne de presse et d'opinion pour obtenir le respect de notre patrimoine ? Tous les atouts semblaient pourtant ici réunis : un propriétaire amoureux des arts, prêt à dépenser sans compter et donnant carte blanche à un architecte des Monuments historiques, épaulé par un comité scientifique. Mais voilà : l'architecte a une vision archaïque de la restauration, le comité ne comprenait jusqu'il y a quelques semaines ni spécialiste d'architecture ni spécialiste du second-oeuvre, et le ministère pilotait le tout en direct dans le secret.
Maintenant que le dossier est public, espérons que le bon sens patrimonial l'emportera et que l'hôtel Lambert pourra retrouver sa splendeur.


Claude Mignot est professeur d'histoire de l'art et de l'architecture à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la Commission du Vieux Paris.

Recherche