Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Liste en cours d'élaboration...


Jean-Pierre Babelon, de l'Institut, conservateur général honoraire du patrimoine
Guy Bedos, artiste comique
Barry Bergdoll, conservateur en chef, MOMA, Columbia University, NY
Pierre Berge, créateur
Jean-Marc Bichat, architecte, atelier d'architecture JAM
Olivier de Boismenu, architecte
Virginie Bregal, architecte
Henri Bresler
, historien, École d'architecture de Paris-Belleville
Hervé Brunon
, historien, directeur de recherche, CNRS
Françoise Cachin, directrice honotaire des musées de France
Patrick Celeste, architecte conseil DDEA Tarn, Paris Malaquais
Nathalie de Chaisemartin, historienne, université Paris-Sorbonne
Françoise Chandernagor, de l'académie Goncourt
Anne-Marie Châtelet, historienne, École d'architecture de Versaille
Monique Chatenet, conservateur général des monuments historiques
Philippe Chavanes, architecte, atelier d'architecture JAM
Olivier Choppin de Janvry, architecte, DESA
Jean Clair, de l'Académie française
Gilles Clément, architecte-paysagiste, Grand Prix du paysage 1998
Jean-Louis Cohen, architecte, professeur à l'Institute of Fine Arts, NY
Alain Decaux, de l'Académie française
Jean Delumeau, de l'académie des Inscriptions et Belles-Lettres
Mark Deming
, historien, École d'architecture de Paris-Belleville
Michel Deon, de l'Académie française
Guy Desgrandchamps, architecte, École d'architecture de Grenoble
Henri Dutilleux, compositeur
Jean-Pierre Duthoit, architecte et urbaniste
Frédéric Edelmann, critique d'architecture
Nicolas Faucherre, historien, université Nantes
Dominique Fernandez, de l'Académie française
Ricardo Florio, architecte, professeur université Naples
William  Fong, écrivain, Canada
Bruno Fortier, architecte, Grand Prix de l'urbanisme 2002
Françoise Fromonot
, historienne et critique, École d'architecture de Paris-Belleville
Marc Fumaroli, de l'Académie française
Alexandre Gady, historien, université Paris-Sorbonne
Max Gallo, de l'Académie française
Bruno Gaudin
, architecte, École d'architecture de Paris-La Villette
Henri Gaudin, architecte
Jean-Philippe Garric, architecte, Institut national d'histoire de l'art

Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la Culture
Édith Girard, architecte, Équerre d'argent 1985
Olivier Girard, architecte
Jean Guillaume
, professeur honoraire, université Tours
Pierre Housieaux, président de l'association Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
Béatrice Jullien, architecte
Jean-Paul Kaufmann, écrivain, otage au Liban
François Laisney, historien, praticien, École d'architecture de Paris-Belleville
Gilles Lapouge, écrivain
Stéphane Laurent, historien des arts décoratifs, université Paris 1
Emmanuel Le Roy Ladurie, historien
Jacques Legrand, président de l'INALCO
Frédérique Lemerle Pauwels, chargée de reherches, CNRS
Yves Lion, architecte, Grand Prix de l'urbanisme 2007
Claude Loupiac, historien, université Paris 1
Jacques Lucan, architecte, Marne-la-Vallée et EPFL, Lausanne
Carlo Mambriani, professeur, université de Parme
Jean-Yves Marc, archéologue, professeur université Strasbourg
Bernard Marrey, historien, éditions du Linteau
Claude Massu, professeur, université Paris 1
Patrick Mazery, directeur de Patmazcom
Philippe Meyer, chroniqueur et écrivain
Nicolas Michelin, architecte,
directeur de l'école d'architecture de Versailles
Claude Mignot, professeur, université Paris Sorbonne
Marie-Hélène Mitjavile, Conseillère d'État
Gérard Monnier, historien, professeur honoraire, université Paris 1
Philippe Morel, professeur, université Paris 1
Guillemette Morel-Journel, historienne, École d'architecture de Marne-la-Vallée
Michèle Morgan, comédienne
Monique Mosser, historienne de l'architecture, CNRS, ENSAV
Georges Moustaki, chanteur, auteur, compositeur
Myra Nan Rosenfeld Little, historienne, university of Toronto, USA & Canada
Colette Nativel, historienne, université Paris 1
Jean d'Ormesson, de l'Académie française
Yves Pauwels, professeur, membre de l'Institut universitaire de France
Jean-Marie Perouse de Montclos, historien
Michael Petzet
, président de l'ICOMOS
Edoardo Piccoli, architecte, professeur au Politenico de Turin
Antoine Picon, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, université Harvard
Virginie Picon-Lefebvre, historienne, École d'architecture de Paris-Malaquais
Pierre Pinon, professeur à l'école de Chaillot
Leonard Pitt
, écrivain, USA
Anne Pons
, écrivain, rédacteur en chef de Momus
Yves Pouliquen, de l'Académie française
Gwenaël Querrien, rédacteur en chef de la revue Archiscopie
Daniel Rabreau, professeur, université Paris 1
Alain Riou, critique
Daniel Roche, professeur au Collège de France
Jean-Marie Rouart, de l'Académie française
Dominique Rouillard
, historienne, École d'architecture de Paris-Malaquais
Christophe Skalski, architecte-urbaniste, professeur, université Jagellone, Cracovie
Antoine Stinco, architecte
Simon Texier, historien, université Paris-Sorbonne
Bertand Tavernier, cinéaste
Georges Teyssot, professeur, université Laval, Québec
Yannis Tsiomis, architecte, directeur d'études EHESS
Didier Van Cauwelaert, Prix Goncourt

Frédéric Vitoux, de l'Académie française
André Warusfel, inspecteur général honoraire des Monuments historiques
Mary Whiteley, historienne de l'art, Londres
Henri Zerner, professeur, university Harvard, Cambridge Ma

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • Contact

Profil

  • Sauvegarde et Mise en valeur du Paris historique
  • association fondée en 1963 pour "entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, de protéger et de faire connaître les quartiers
 de Paris, afin de sauvegarder leur harmonie architecturale et sociologique".
 Pierre Housieaux, prési
  • association fondée en 1963 pour "entreprendre et mener toute action permettant de promouvoir, de protéger et de faire connaître les quartiers de Paris, afin de sauvegarder leur harmonie architecturale et sociologique". Pierre Housieaux, prési

La presse en parle...

LE MONDE | 23.02.09 |


Pour l'hôtel Lambert, faites encore un effort, Monsieur l'architecte en chef !

par Claude Mignot


Le
18 décembre 2008, la Commission du Vieux Paris alertait l'opinion sur la dénaturation importante que subirait l'hôtel Lambert, l'un des grands chefs-d'oeuvre de l'architecture du Grand Siècle, classé Monument historique depuis 1862, si le projet de "réhabilitation" élaboré par l'architecte en chef des Monuments historiques (MH), M. Alain-Charles Perrot, pour le nouveau propriétaire, n'était pas profondément amendé. L'affaire de l'hôtel Lambert, dont Le Monde s'est plusieurs fois fait l'écho, commençait.
Réflexion faite, le plus étrange est que les points les plus discutables du projet, voire les plus scandaleux, tiennent moins aux exigences du client qu'aux choix techniques, aux caprices esthétiques et aux erreurs historiques de l'architecte.
Le premier point, celui par lequel le scandale est arrivé, est le parti de creuser et de cuveler de béton la cour et le jardin, pour installer un vaste parking souterrain et les lourds équipements techniques, électriques et géothermiques retenus par M. Perrot.
Il est assez ahurissant qu'un architecte en chef des MH ait pu proposer de creuser le seul authentique jardin "suspendu" du "Paris Grand Siècle" pour établir un garage trouvant son débouché en plein milieu du mur du XVIIe, dans un site classé au Patrimoine mondial.
Ce parti de plan serait écarté, dit-on, mais faut-il revenir simplement au projet initial, que les services de la Ville avaient déjà rejeté : parking sous la cour et plateau technique sous le jardin ? Il présente deux inconvénients majeurs : le passage de béton reliant les deux cuvelages passe sous les caves du corps principal et viendra couper les pilotis de bois sur lequel repose l'hôtel Lambert, comme tous les vieux hôtels de l'île Saint-Louis ; d'autre part, même si le cuvelage technique est un peu réduit, l'authenticité et la beauté du jardin resteront fortement altérées.
Une seule solution est correcte d'un point de vue patrimonial : garer les voitures en surface, dans les anciennes remises de carrosse et dans le passage cocher existant sur le quai, comme le faisaient les Rothschild, les précédents propriétaires, ce qui permettrait de placer tout le plateau technique sous la cour pour dégager les caves, sans creuser sous le jardin.
Le deuxième point, qui fait aussi scandale, touche la dernière pièce du grand appartement du premier étage, avec son plafond à poutres et solives peintes et dorées avec des figures - putti et médaillons -, que l'étude a reconnu comme authentique, avec des restaurations d'extension limitée. Le projet prévoyait de transformer le noble "cabinet" de M. Lambert en salle de bains et dressing, et de détruire un bon tiers du plafond pour faire passer un ascenseur et une énorme gaine technique. Devant la presse en janvier, l'architecte reconnaissait l'écueil, "concession faite au propriétaire", qui souhaitait un accès direct par ascenseur à sa chambre.
On attendait plutôt qu'il trouve la bonne passe pour l'éviter... derrière la cloison qui retranche depuis le XVIIIe ou le XIXe un quart environ du grand cabinet de travail d'origine, l'ascenseur pouvant remplacer le petit escalier de dégagement installé là. Et, si on y retrouve le quart manquant du plafond peint d'origine, il faudra savoir persuader le nouveau propriétaire, qui aime, dit-on, l'art et Paris, qu'on a des devoirs vis-à-vis du patrimoine qu'on occupe, et que, pour préserver cette découverte, il faudra se satisfaire d'un ascenseur s'arrêtant au premier étage (deux autres ascenseurs n'étant pas si loin) pour ne pas détruire ce qu'on viendrait à découvrir.
Le troisième point est sans doute moins spectaculaire, mais, pour l'architecture comme pour la haute couture, tout est dans les détails autant que dans le grand dessin. Il touche à la doctrine de restauration, qui a fait pourtant l'objet d'accords internationaux signés par la France, la charte de Venise en 1965 et la convention européenne de Grenade en 1985, et dont la règle majeure est le respect des strates de l'histoire.
Or le prince polonais Adam Czartoryski, qui rachète l'hôtel en 1842 et dont la famille le possède jusqu'en 1976, opère une importante restauration avant d'accueillir dans ses salons tous les exilés polonais de Paris et quelques-unes des gloires de la France littéraire. Pourquoi vouloir gommer toute trace de cette seconde brillante période pour restituer un pseudo-état XVIIIe ?
Il est absurde de vouloir remplacer dans la cage du grand escalier la balustrade haute, créée au XIXe, par une balustrade neuve, en s'appuyant sur une gravure dont on peut démontrer la fausseté, comme de substituer au lanternon zénithal en place un lanternon neuf, dont le modèle n'est pas documenté. Absurde aussi de changer le dessin des lucarnes, dont la plupart datent de cette même époque, d'autant que l'opération conduit à déposer les beaux vitraux qui éclairent le corridor de l'atelier installé dans les combles pour le prince polonais par J.-B. Lassus, le restaurateur de la Sainte-Chapelle, à Paris.
En fait, si les deux commissions, qui doivent se réunir prochainement, n'y mettent pas leur veto, c'est tout cet appartement néogothique, y compris l'escalier qui y mène, que s'apprêtent à faire disparaître M. Perrot et M. Pinto, le décorateur dont le rôle est sans doute plus important que ce qu'on en a dit jusqu'ici.
Pourquoi diable faut-il une campagne de presse et d'opinion pour obtenir le respect de notre patrimoine ? Tous les atouts semblaient pourtant ici réunis : un propriétaire amoureux des arts, prêt à dépenser sans compter et donnant carte blanche à un architecte des Monuments historiques, épaulé par un comité scientifique. Mais voilà : l'architecte a une vision archaïque de la restauration, le comité ne comprenait jusqu'il y a quelques semaines ni spécialiste d'architecture ni spécialiste du second-oeuvre, et le ministère pilotait le tout en direct dans le secret.
Maintenant que le dossier est public, espérons que le bon sens patrimonial l'emportera et que l'hôtel Lambert pourra retrouver sa splendeur.


Claude Mignot est professeur d'histoire de l'art et de l'architecture à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la Commission du Vieux Paris.

Recherche